la-ruche-qui-dit-oui-uberisation-ESS

Quand l’ubérisation frappe aussi l’économie sociale et solidaire

Dans l’ouvrage “Les nouveaux travailleurs des applis”, la sociologue Diane Rodet s’intéresse aux travailleurs de La Ruche qui dit oui, la plateforme de vente de produits alimentaires en circuit-court. À l’instar des chauffeurs de la plateforme Uber, les responsables de ruches sont pour la plupart des auto-entrepreneurs rémunérés sur leur vente. Mais eux ne comptent pas leurs heures car c’est pour la bonne cause. Un déni du travail dénoncé par la chercheuse. 

 

Lire l’article complet

Tags: No tags

Comments are closed.